PAC 2023 : UN COUP DE SEMONCE REUSSI

Jeudi 8 avril, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne et la FDSEA 31 ont organisé une manifestation concernant les propositions du ministre de l’Agriculture sur le plan stratégique nationale (PSN) de la PAC 2023. En collaboration avec les FDSEA voisines (Tarn et Garonne, Gers, Tarn et Aude), plus d’une centaine de tracteurs et environ 200 personnes ont été réunis. Malgré les travaux agricoles en cours, cette mobilisation a été une belle réussite.

Une forte mobilisation

Durant la journée du 8 avril, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne et la FDSEA se sont mobilisés pour manifester contre la réforme de la PAC. Dès 8h30, les agriculteurs répartis sur 5 convois au départ de Villefranche de Lauragais, Capens, Verfeil, Pibrac/Cornebarrieu et Auterive ont convergé vers le centre-ville de Toulouse avec pour destination la place du monument aux morts proche de la Préfecture. Ce sont donc plus d’une centaine de tracteurs et camions et plusieurs centaines de personnes qui se sont retrouvés sur le lieu de rendez-vous.

L’objectif de cette manifestation : exposer nos revendications au Préfet de Haute-Garonne, M. Etienne Guyot concernant la PAC 2023. Lors de cet entretien étaient présents, les JA 31, la FDSEA 31, 32 et 82 dont 3 administrateurs AGPB, ainsi que la Chambre d’Agriculture de Haute-Garonne.

Après plus d’une heure, la délégation est sortie plutôt satisfaite de l’écoute du Préfet. Toutefois, les syndicats restent vigilants quant à l’entente de leurs paroles. Des réponses devraient leur être apportées d’ici deux semaines. C’est avec vigilance que chaque président s’est exprimé devant l’assemblée en annonçant que les revendications avaient été clairement exposées au Préfet, qu’ils espéraient avoir été écoutés mais qu’une prochaine manifestation serait organisée si aucune réponse favorable n’était apportée.

Des revendications claires

Le ministre de l’Agriculture a présenté en mars dernier, les propositions sur le plan stratégique nationale de la PAC 2023. Or, plusieurs points ne peuvent pas rester en l’état et nécessitent que le Ministre réajuste ses positions.

Tout d’abord, la proposition se concentre sur le 1er pilier de la PAC, pourtant la décision finale concerne la globalité des outils d’intervention. La répartition des crédits FEADER 2023-2027 entre les différentes mesures n’est pas connue et fait l’objet d’un débat entre Régions. Des arbitrages seront nécessaires entre les différentes mesures (ICHN, investissement, gestion des risques, MAEC, Bio…), sinon l’enveloppe disponible du FEADER (environ 2 milliards d’euros) sera insuffisante.

Sur les aides couplées, notamment les aides animales, les modalités d’attribution proposées, ciblées sur l’UGB bovine présentent de fortes incertitudes en termes de chiffrage. Elles permettent un rééquilibrage vers les élevages laitiers qui subissent les effets de la convergence, mais ont un impact sur les élevages allaitants et en particulier, naisseurs-engraisseurs, qui nécessitent de retravailler les curseurs. Par exemple, le plafond du taux de chargement sera à 1,4.

Sur les aides couplées aux protéines végétales, l’augmentation de l’enveloppe ne répond pas au rééquilibrage attendu des effets de la convergence sur les exploitations céréalières. Elle ne constitue pas non plus le signal attendu par les Zones Intermédiaires.

Une nouvelle aide serait également mise en place pour les petites structures de maraîchages et cultures fruitières. Sa pertinence reste à démontrer.

Concernant l’éco régime, nouvelle conditionnalité de la PAC, celle-ci doit être simplifiée en reconnaissant les équivalences avec les nombreuses démarches de progrès mises en œuvre par les agriculteurs. Le niveau d’exigence des Eco Régimes proposés selon trois voies (pratiques sur les surfaces agricoles, biodiversité, certification) exclue un trop grand nombre d’exploitations et provoquera une baisse des soutiens directs insupportable pour un grand nombre d’agriculteurs. Cette éco régime va remettre en cause la durabilité économique de nombreuses exploitations agricoles. Nous voulons un accès de tous les agriculteurs pour un niveau d’aide unique.

Ces revendications, portées au niveau local mais aussi au niveau national, doivent nécessairement être prises en compte par le ministre de l’Agriculture en conservant comme double objectif, la performance environnementale et économique.

Les JA 31 et la FDSEA 31 restent vigilants et attendent une réaction rapide du Ministre, sans quoi, une nouvelle mobilisation sera inévitable !

JA 31 & FDSEA 31

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s