​AG Départementale 2019


Les JA planchent sur la compétitivité des exploitations agricoles
21 février 2019

Jeudi 21 février, à la salle des fêtes de Vallègue les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne se sont rassemblés pour leur assemblée générale annuelle. Organisé par les JA du canton de Villefranche, ce temps fort du réseau avait pour but de présenter le rapport d’activité et le bilan financier de l’année 2018. L’an passé, l’événement avait eu lieu dans le Comminges, et cette année, les JA se sont donnés rendez-vous dans la région de leur président Jonathan Izard : le Lauragais.

Après une matinée à huis-clos, les partenaires étaient invités à se joindre aux Jeunes Agriculteurs pour partager le repas du midi : bonne humeur et convivialité étaient au rendez-vous, une réussite !
L’après-midi, la partie publique de l’AG a été ouverte par Rémy Zanatta, maire de Vallègue. Lui-même très proche du monde agricole et de ses préoccupations, notamment sur la problématique de l’eau, a insisté sur l’importance de "ressouder les liens qui existaient entre les partenaires historiques". Ensuite, c’est Vincent Jonquières, président des JA de Villefranche qui a pris sa suite, en présentant son canton, l’un des plus dynamiques du département. Il a également remercié tous leurs partenaires qui répondent toujours présents.

Cette année, la table ronde portait sur les leviers qui permettraient d’améliorer la compétitivité des exploitations agricoles de Haute-Garonne. Depuis ces dernières années, la situation économique des exploitations agricoles du département est de plus en plus en difficile, les incertitudes de production se cumulent à celle d’un marché fluctuant. Et la PAC post 2020 semble peu reluisante. En parallèle, ces exploitations sont soumises à de nouveaux enjeux : changement climatique et nouvelles attentes de la société, qui sont notamment la conséquence des différentes crises sanitaires. C’est pourquoi le sujet de la compétitivité agricole a été étudié. Ce terme a été reprécisé, pour intégrer, en plus des indicateurs financiers et économiques, les enjeux de durabilité et la réponse aux besoins et aux attentes des consommateurs. Ainsi, les leviers qui ont été travaillés portés sur la valorisation des territoires et la diversification du revenu agricole.
Après une présentation en images sur la transformation des produits agricoles, la production sous SIQO et la production d’énergies renouvelables, les échanges ont principalement porté sur la méthanisation. Nicolas Artigues, JA du canton de Salies, a pu présenter le projet dont il fait partie et préciser ses enjeux.

Suite à ces échanges, la journée s’est clôturée par plusieurs discours. Le sénateur Pierre Médevielle, qui a fait l’honneur de sa présence aux Jeunes Agriculteurs, a notamment abordé la communication, sujet repris dans la grande majorité des déclarations. Il a insisté sur le fait qu’il faut reprendre la main sur la communication et les réseaux sociaux afin d’expliquer le métier d’agriculteur, qui a été caricaturé à outrance. "On ne dit pas suffisamment ce qu’on fait de bien, on épand beaucoup moins de produits phytosanitaires, on utilise beaucoup moins d’eau... Les agriculteurs sont stigmatisés par les écologistes, et la bataille de la communication nous l’avons perdue pour le moment. Nous faisons face à une équation que l’on ne peut pas résoudre : produire plus, plus propre, avec moins d’eau et sans produits phytosanitaires. Or aujourd’hui, il faut se redonner les moyens pour avoir une agriculture compétitive, et réactiver tout le potentiel que nous avons, à l’aube d’une période où nous serons 10 milliards sur Terre. Il faudra manger et il va falloir produire. Il y a une place pour l’agriculture bio, pour les filières et pour les grandes cultures" a-t-il déclaré.
"Il faut communiquer, c’est l’avenir de notre métier." Pour Christian Mazas, président de la FDSEA31, la communication est également un élément phare à travailler, et au-delà d’aller communiquer dans les écoles ou autres instances, il faut que la profession se prenne en main, se forme efficacement,  soit demandeuse auprès des médias. Il ne faut plus attendre d’avoir un problème pour le faire.

Force du réseau
Ces propos ont été complétés par le discours Mélanie Tauber, adjointe au directeur de la DDT. "Au vu de la pyramide des âges, d’ici quelques années il va y avoir des départs massifs à la retraite d’agriculteurs. C’est donc un véritable challenge pour l’agriculture et pour les territoires. Il y a un véritable défi à ce qu’il y ait des repreneurs et que ces métiers vivent. L’importance du travail des JA sur l’installation, la promotion des métiers et la communication, sont donc des actions extrêmement précieuses." Elle a ensuite tenue à saluer le travail sur la cartographie des cours d’eau, qui illustre la force du réseau des JA et de la FDSEA. Et sur la problématique de l’eau, il y a également le projet Garonne amont, où il est indispensable que le syndicalisme soit présent autour de la table, et qu’il y ait une démarche d’écoute qui prenne en compte l’ensemble des leviers. Elle a conclu en soulignant que "pour ce genre de projets, il ne faut pas vouloir aller trop vite et il faut faire preuve de pédagogie."
Cette assemblée générale arrive deux semaines après la proclamation des résultats des élections à la Chambre d’agriculture. Ainsi, le Conseil départemental, représenté par Natalie George, directrice de l’agro-écologie, a profité de cette journée pour féliciter les JA pour leur victoire, et manifester leur enthousiasme à pouvoir renforcer leur travail en co-construction.
Finalement, Samuel Vandaele, secrétaire général à Jeunes Agriculteurs, est revenu sur le thème de la communication. Car "à la veille du salon de l’agriculture, où pendant 10 jours l’ensemble des caméras et des médias vont être braqués sur nous, il faut se poser la question : est-ce que aujourd’hui on a vraiment besoin d’avoir 10 jours pour mettre en avant l’agriculture et tout le reste de l’année critiquer et tirer sur les agriculteurs ? Aujourd’hui il est important que les agriculteurs reprennent en main leur communication, que nous ouvrions nos fermes pour expliquer ce que nous faisons et comment nous le faisons."

Avant le vin d’honneur, Jonathan Izard, président des Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne, a clôturé la journée en remerciant les partenaires et tous les élus qui gravitent autour du syndicat. L’année 2018 fut forte en émotions pour le réseau : entre la bataille pour le maintien des zones défavorisées, la lutte contre les distorsions de concurrences, les intempéries, et autres dossiers syndicaux ; les événements du réseau, tels que le concours de labour et les Pyrénéennes ; et enfin les élections aux chambre d’agriculture, auxquelles les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne, contre toutes attentes, sont sortis victorieux ! Maintenant, place aux projets de l’année 2019, et à la préparation du renouvellement de l’équipe à la fin de l’année.


​Le Rapport d'Activité 2018