​Archives 2013


​Solidarité suite aux inondations (Juillet 2013)

Jeudi matin, les présidents d'OPA du département se sont réunis pour aider au mieux les agriculteurs du sud du département. 500 Tonnes de paille et 2500 Tonnes de foin sont nécessaires pour faire face à l'urgence.

Pour faire un don de paille ou de foin, contactez
la Fédération des ACVA du Comminges : 05 61 94 81 61 ou 06 87 70 43 84


​Intempéries

Suite aux intempéries de ces derniers mois, le préfet de la Haute-Garonne a reconnu par arrêtés préfectoraux du 2 juillet, le caractère de circonstances exceptionnelles pour l'ensemble du département. En conséquence :

Le pâturage et la fauche des jachères sont autorisés sans formalités particulières.
Le bénéfice des aides découplées (DPU) est maintenu même en présence de "manques" dans les parcelles ou en l'absence de semis justifiée par les conditions climatiques.
Les aides couplées sont maintenues dès lors que la mise en place a eu lieu et quel que soit l'état final de la culture. Toutefois, la tolérance sur l'état dégradé des cultures n'exonère pas l'exploitant de l'obligation de récolter dans les conditions prévues par la réglementation (après le stade de maturité laiteuse).
Le versement de l'annuité MAE 2013 (mesures agroenvironnementales) est maintenu dans les cas de non respect des obligations du cahier des charges justifiés par les conditions climatiques.
Le maintien des aides découplée et couplées ainsi que la dérogation relative aux MAE sont conditionnés à l'envoi d'une déclaration à la DDT avant le 13 juillet. + d'info : Annie PUGET (DDT 31, Service de l'économie agricole) au 05.61.10.60.56 ou annie.puget@haute-garonne.gouv.fr


​Journée Transmission prévue sur le département - Septembre 2013

Le Comité d'orientation transmission et installation de la Chambre d'Agriculture, présidé par Mathieu Cesses, s'est réuni mardi pour parler transmission avec l'ensemble des OPA. Pourquoi parler de la transmission, tout simplement parce que le constat est tellement alarmant qu'il en devient évident : le dernier recensement agricole a comptabilisé environ 6 000 exploitations en Haute-Garonne dont les 2/3 ont des chefs d'exploitation de + de 50 ans. Parmi ces milliers d'exploitants âgés de plus de 50 ans, pas loin de 3 000 exploitants n'ont pas de repreneurs et parmi eux plus de la moitié ne savent pas ce que va devenir leur exploitation, quoi faire ou comment s'y prendre.
Fort de ce constat, la Chambre d'Agriculture et ses partenaires ont décidé de réaliser annuellement une journée transmission avec au programme des témoignages de transmission, des ateliers pour les seniors (retraite, fiscalité, patrimoine, aides, ...) et un espace de rencontre jeunes/seniors. La première édition de ce forum aura lieu à Saint-Gaudens le mardi 26 novembre 2013.


​PAC : des victoires et des inachèvements

Les négociations sur la PAC viennent d'aboutir après de longs mois de travaux de la part des trois institutions européennes. Sur certains points de vrais arbitrages ont été rendus, et JA a de quoi se satisfaire ; sur d'autres les ambitions semblent finalement limitées et nous restons un peu sur notre faim. Notons aussi qu'à défaut de compromis, beaucoup de choix sont in fine laissés aux Etats Membres. En quelques mots voici les principales infos :

La majoration des paiements directs pour les jeunes installés dans le premier pilier sera obligatoire dans tous les états membres
Possibilité pour les Etats Membres de mettre en place des aides couplées à hauteur de 13 % du montant du premier pilier, voir 15 % si 2 % sont consacrés aux protéines.
La transparence des GAEC sur le premier pilier (pour la majoration des premiers hectares) et deuxième pilier sera désormais possible ou sécurisée !
Sur l'organisation des marchés :

Droit de plantations : le nouveau régime d'autorisation devrait perdurer jusqu'en 2030, mais on peut déplorer que celui-ci soit mis en place dès 2016 et qu'un taux d'augmentation annuel de 1% soit prévu.
Du côté du lait par contre, presque aucune avancée, rien sur la gestion de crise
Sur le second pilier, pas grand-chose de nouveau sur la gestion des risques mais le travail devra cependant s'engager en France car c'est un enjeu majeur pris trop à la légère par nos décideurs politiques.
Alors oui, cette réforme apporte de vrais points positifs, mais manque à nos yeux d'ambition…Quand les états comprendront-ils qu'une PAC qui ne fournit pas d'outils solides de régulations de marchés ou d'anticipation de crise, qui ne renforce pas davantage les capacités de négociations des producteurs dans toutes les filières, n'est pas une PAC qui sécurise les futures générations d'agriculteurs ?
Le temps de l'application de la réforme en France est venu, Jeunes Agriculteurs saura jouer son rôle pour faire entendre à toute la profession la nécessité d'entamer les débats de manière constructive et globale.


​11000 agriculteurs se sont mobilisés à Paris dimanche 23 juin pour ériger l'élevage en cause nationale

« Nous, Jeunes Agriculteurs, étions rassemblés à Paris pour alerter sur l'élevage. Merci à tous les JA qui se sont mobilisés pour consacrer leur dimanche pour défendre la grande cause collective de l'élevage et sensibiliser les politiques sur l'importance de le maintenir en France. Ce n'était pas un mouvement d'humeur mais pour demander des mesures de long terme.
Depuis plusieurs mois nos régions se mobilisent pour tirer une fois de plus la sonnette d'alarme sur les prix. Syndicalistes responsables nous savons que nous ne devons pas tout attendre des autres, nous ne rejetons pas nos responsabilités (sur l'organisation des filières par exemple). Mais nous n'y arriverons pas tous seuls.
Le rapport de force avec les enseignes de la distribution nous est défavorable. Dans quel autre métier on accepte durablement de travailler à perte ?
Dans des marchés dérégulés, les producteurs agricoles subissent leurs coûts et leurs prix. Des fois on gagne des fois on perd. Ca ne peut pas marcher comme ça. Parce qu'à chaque fois qu'on perd, ce sont des exploitations qui abandonnent, des actifs qui disparaissent et de la valeur ajoutée en moins pour la France.
Nous sommes agriculteurs par passion. Ce n'est pas une raison pour accepter de ne pas en vivre. Si nous sommes en colère, si nous en avons assez, c'est parce que nous croyons à l'avenir de notre métier et que nous n'acceptons pas les diktats de la distribution, du droit de la concurrence, de la libéralisation des marchés. Nous ne laisserons pas Bigard, Leclerc et les autres décider seuls demain de l'avenir de nos exploitations agricoles de où se fera et ne se fera pas la production.
L'Etat, les politiques publiques, l'Europe aussi doivent nous aider. Pas avec des pansements et des béquilles, avec des leviers pour l'avenir. Ca passe par la loi qui, sans faire trop de technique, doit enfin nous permettre une négociation équitable avec nos acheteurs, pour des prix justes. Et qui doit sanctionner les abus.
Ça passe aussi par un coup de pouce au regroupement des producteurs. Assez de la loi du plus fort, nous sommes loin de peser autant que Leclerc ou Carrefour, qu'on arrête de brandir le pouvoir d'achat, qu'on arrête de nous dire que le consommateur sera pénalisé si les agriculteurs vivent de leur métier. C'est faux, tout le monde le sait.
Par des outils européens d'anticipation des crises, d'observation des volumes et des prix. Par un traitement à part de l'agriculture dans les négociations commerciales internationales. L'alimentation n'est pas une monnaie d'échange, pas un secteur comme les autres. C'est pour ça que nous sommes venus en masse à Paris, pour nous adresser à tous les citoyens.
Par une prise en compte réglementaire dynamique, flexible de l'environnement au lieu de normes sans fondement, sans efficacité. Des agriculteurs nombreux rémunérés dignement est la meilleure assurance pour le développement de la biodiversité, la captation carbone, la diversité des paysages, le dynamisme de notre ruralité.
Stop aux directives abusives qui ne reconnaissent même pas les efforts considérables effectués. Stop à un environnement dogmatique réfléchi dans un bureau parisien, qui semble donner bonne conscience à certains en collant ours, loup et autres prédateurs sans même demander aux gens qui vivent les territoires si et comment ils veulent vivre avec…
Ça passe enfin par une PAC qui oriente, qui anticipe, qui accompagne la création de valeur et les actifs, l'innovation dans les pratiques, les débouchés.
C'est du concret que nous attendons. Le concret ça passe notamment par la loi.
Si les citoyens, si les pouvoirs publics, si les acteurs économiques, nous font confiance, les agriculteurs sont capable de beaucoup. Nous sommes fiers de notre métier de la grande diversité de nos produits, de leur qualité. Nous savons les attentes des consommateurs, nous sommes prêts à aller jusqu'à eux.
Dimanche 23 juin, nous avons affirmé notre détermination et notre capacité à participer pleinement à la relance pour la valeur, pour l'emploi, l'installation des jeunes en agriculture ! Il faut que les responsables politiques nous en donnent les moyens.
L'engagement des jeunes est la marque de notre foi en l'avenir d'un élevage et d'une agriculture forte sur tous les territoires avec des agriculteurs nombreux, pour une alimentation qui a du sens ! »

François Thabuis
Président des Jeunes Agriculteurs


​Fête du Lait 2013

Le dimanche 16 juin, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne lançaient la première édition de la Fête du lait. Les jeunes laitiers du département avaient en effet à cœur de communiquer sur leur métier, tout en alertant les consommateurs sur les difficultés rencontrées par les éleveurs. L'objectif de cette journée, ouverte au grand public, était donc de partager et d'échanger. Objectif parfaitement atteint !
Une centaine de visiteurs, essentiellement des familles, sont venues visiter la ferme de Fabrice Esculié, jeune laitier installé avec ses parents sur la commune de Villematier. Les visites se sont enchainées tout au long de la journée mais les curieux ont aussi pu découvrir les secrets de l'écrémage du lait et de la fabrication de beurre, sans oublier les dégustations qui ont suivies : beurre cru, fromages, lait cru, milk-shake… Quand aux plus jeunes, outre le succès imbattable des animaux de la ferme (veaux, vaches, lapins, volailles…), ils ont également profité des petits tracteurs à pédale pour « faire comme les grands ».
Comme nous l'espérions, cette journée a été riche en échange et en convivialité. Nous remercions tous les bénévoles JA qui se sont mobilisés ainsi que les laiteries 3A, Danone, Onetik, Lactalis, Sodiaal et le syndicat des fromagers « Bleu des Causses » pour leur aide dans l'organisation de cette journée. Une chose est sûre, après une première édition plus qu'encourageante, les JA souhaitent réitérer l'expérience !


​Les JA du Nord-toulousain rencontrent leur député

Lors des vœux du maire de Villemur-sur-Tarn, les Jeunes Agriculteurs du Nord Toulousain avaient sollicité Mme Imbert, députée de la 5ème circonscription de la Haute-Garonne, pour une visite de terrain. Les objectifs de cette visite : découvrir les activités des Jeunes Agriculteurs, comprendre leurs problématiques, essayer de les comprendre et faire des retours au ministère.
Mme Imbert a donc été accueillie le 6 juin à Villematier sur l'exploitation de Fabrice Esculié (président du canton de Villemur) pour découvrir les problématiques qui préoccupent les JA du secteur. Accompagné des J As de son canton et de jeunes en cours d'installation, c'est en toute simplicité et convivialité que Fabrice a présenté son exploitation (vaches laitières, céréales, maraichages, vergers, vente directe, ferme pédagogique).
Lors de la visite, les sujets évoqués ont été nombreux et c'est avec intérêt que Mme Imbert a écouté les problématiques soulevées par les Jeunes Agriculteurs. Les jeunes éleveurs laitiers n'ont pas manqué de parler à la Députée de la crise que les élevages traversent. Ils ont expliqué l'impossibilité des éleveurs à se dégager des revenus compte-tenu des charges qui augmentent, mais aussi de la multitude des mises aux normes dues à des réglementations qui ne prennent pas en compte les logiques de travail et les contextes pédoclimatiques et la non-prise en compte des éleveurs par les industriels. Fabrice a également dénoncé les effets d'annonce du gouvernement sur l'augmentation du prix du lait qui ne s'avère être pour certains que des avances de trésorerie et non une augmentation réelle du prix du lait, aujourd'hui vitale pour les exploitants. Les JA ont aussi exprimé leur inquiétude face à la météo capricieuse qui fragilise les exploitations, mais aussi sur la succession et la superposition des réformes et des réglementations qui ne prennent pas en compte les réalités du travail et les spécificités régionales (dernier exemple en date : la révision de la directive Nitrate).
Les questions autour du foncier (SCot, consultations publiques sans réponses, friches, urbanisation galopante) n'ont pas été oubliées tout comme celles des difficultés de cohabitation qui peuvent exister en milieu rural avec les riverains. Les JA ont fait part à leur députée du peu de respect des riverains envers les propriétés privées des agriculteurs (les passants rentrent sur les exploitations, se servent, ect…), du manque de considération pour le travail des agriculteurs (par exemple des voisins qui se plaignent dès que les agriculteurs travaillent le soir ou les weekends) sans oublier les habitants qui essayent d'empêcher l'installation de jeunes éleveurs par méconnaissance du projet et de l'agriculture…
Cette visite s'est clôturée par un déjeuner champêtre avec les produits issus des exploitations des Jeunes Agriculteurs du canton en toute convivialité pour remercier Mme Imbert d'avoir pris le temps de venir les rencontrer et les écouter, en espérant que leur députée n'oubliera pas leurs demandes.


​Assemblée Générale des JA31 à Caraman

Vendredi 29 mars 2013, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne ont tenu leur assemblée générale départementale à Caraman. La matinée se déroulait en huis-clos avec un programme chargé. Les JA ont passé une partie de la matinée à réaliser les aspects statutaires puis le reste de la matinée a été consacrée aux débats sur le rapport d'activités présenté par Guillaume Darrouy, Secrétaire général JA31et sur l'actualité syndicale (eau, zones vulnérables, avenir de l'élevage, foncier…) comme chaque année afin de confronter les idées de tous. Le débat a été éclairé par la présence de Gaël Gautier, Secrétaire Général de JA National et par Lilian Lasserre, secrétaire Général de JA Midi-Pyrénées qui ont pu faire des compléments sur l'action du syndicat à d'autres échelles. Nous les remercions d'avoir fait le déplacement respectivement depuis la Sarthe et les Hautes-Pyrénées, pour partager un moment de syndicalisme et de convivialité avec nous.

En début d'après-midi, la séance a été ouverte par Mathieu Cesses, Président des JA, suivie par un mot d'accueil de Jean-Clément Cassan, Maire de Caraman, et les discours d'ouverture de Gilbert Hébrard, Conseiller Générale de Haute-Garonne et Jean-Jacques Mirassou, Sénateur de la Haute-Garonne.
Les co-président des Jeunes Agriculteurs de Caraman ont ensuite présenté l'agriculture locale et les activités du syndicat cantonal. Les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne ont présenté ensuite leur rapport d'activités 2012 sous forme de vidéo pour revenir sur l'année écoulée et qui a su captiver les jeunes agriculteurs présents et l'ensemble de nos partenaires qui ont répondus présents.
A l'occasion des 40 ans de la DJA, Mathieu Cesses est revenu sur son historique et a présenté l'accompagnement d'aujourd'hui et a réaffirmé 'l'importance de l'installation pour les JA mais surtout pour l'avenir de l'agriculture française.
L'après-midi s'est poursuivie avec le rapport d'orientation consacré à la place de l'agriculture dans la société présenté par Xavier Dayde et Christophe Bressoles et s'est terminé par un débat avec François Purseigle, Maitre de conférences en Sociologie de l'ENSAT que nous remercions pour sa participation.
La journée a été clôturée par les traditionnels discours de nos OPA avec la participation du Crédit Agricole, Groupama, MSA, FDSEA, Chambre d'Agriculture et par le discours du représentant de l'Etat.
Nous remercions les Jeunes Agriculteurs et tous nos partenaires pour leur participation et nous remercions tout particulièrement le syndicat des JA de Caraman pour l'organisation de cette journée, qui fut une réussite.


​La liste JA-FDSEA en tête en Haute-Garonne

Dans un scrutin marqué par une abstention importante, la liste JA-FDSEA conduite par Yvon Parayre et Mathieu Cesses arrive en tête avec 44,68% des voix, contre 38,68% pour la liste Confédération Paysanne et 16,64% pour la Coordination Rurale.

Yvon Parayre, Président sortant, a été réélu à la majorité absolue lors de la session d'installation de la Chambre d'Agriculture le vendredi 15 février. La composition du nouveau bureau de la Chambre d'Agriculture de Haute-Garonne est la suivante :
Président : Yvon Parayre
Vice-présidente : Véronique Foulquier
Vice-présidents : Jean Doumeng et Mathieu Cesses
Secrétaire : Luc Mesbah
Secrétaires adjointes : Laure Serres et Virginie Pietrzkiewiez
Secrétaires adjoints : Francis Ader, Bernard Sicard, Christian Deque et Yves Salles


​Forum Installation des Jeunes Agriculteurs

Une centaine de jeunes de la formation agricole haut-garonnaise, telle est la belle réussite de cette édition 2013 du Forum Installation organisé par les Jeunes Agriculteurs le 19 février à Ondes.
Oui l'installation en agriculture suscite encore de l'intérêt pour les jeunes et les Organismes professionnels Agricoles du département. OPA que nous remercions pour leur participation à ce forum afin de conseiller, orienter et guider les étudiants dont environ la moitié n'est pas issue du milieu agricole.
Une enquête a été réalisée le jour même pour connaître les intentions des jeunes a l'issu de leur formation. Parmi ces étudiants provenant de formations agricoles variées (BPREA, BTSA, CGEA, STAV), plus de 60% d'entre eux ont un projet d'installation en agriculture (28% à court terme, 44% à moyen terme et 28% à long terme). Bien entendu une partie des étudiants envisagent de passer par la case salarié du secteur agricole dans un premier temps (environ 30% des jeunes présents).
Le forum s'est terminé par la distribution du guide à l'installation 2013 réalisé par les jeunes Agriculteurs 31 et par la visite de l'exploitation du Lycée Agricole d'Ondes.
Cette journée riche en échanges a été ponctuée par plusieurs témoignages de Jeunes Agriculteurs de profils (sexe, origine agricole, niveau d'études) et de productions variés (grande culture, élevage, maraîchage, vente directe, Agriculture Biologique).
Pour les Jeunes Agriculteurs 31, l'installation en agriculture c'est avant tout « Des projets pour tous : des agriculteurs nombreux, des territoires vivants, une alimentation qui a du sens ! ».


​Universités d'Hiver des JA Midi-Pyrénées

Le 7 et 8 février, plus de 100 Jeunes Agriculteurs venus de tous les départements de Midi-Pyrénées se sont réunis pour leur première Université d'Hiver Régionale à Luz Saint Sauveur dans les Hautes-Pyrénées. L'objectif de cette première en France était de faire travailler tous les échelons de notre réseau régional. Au programme, les présidents de cantons, administrateurs départementaux, régionaux et nationaux ont pu travailler ensemble sur différents thèmes autour d'ateliers ludiques : animation des cantons, relations de travail entre canton et département, relations avec les élus territoriaux ou encore la recherche d'adhérents. D'autres ateliers ont permis aux participants de travailler sur leurs attentes vis-à-vis de la région et de réfléchir au fonctionnement canton/département/région.
Malgré l'ambiance studieuse, les JA 65, organisateurs de cette UH, ont su nous faire partager leur bonne humeur aux sons des bandas lors d'une soirée conviviale.
L'expérience de ces 2 jours nous aura permis de mieux connaître notre réseau JA et de revenir avec de nombreuses idées pour renforcer encore notre réseau dans notre département et donner l'envie aux jeunes responsables cantonaux de s'investir pleinement dans notre syndicat. Pour une première, cette UH Régionale est une véritable réussite aux yeux de tous les participants qui souhaitent tous renouveler l'expérience ! Pour conclure, quoi de mieux que le nouveau slogan JA Midi-Pyrénées né de cette Université d'Hiver Régionale : JA Midi Pyrénées, notre diversité fait notre unité !


​Un vote de confiance renouvelée pour JA-FNSEA

Après 6 ans de défense du milieu agricole et 5 mois de campagne de terrain le verdict des élections aux chambres d'agriculture est tombé hier dans la journée. Avec un taux de participation de 54,96%* et 55,51%* des votes exprimés en faveur des listes FDSEA/JA, le syndicalisme de solution l'a remporté sur le syndicalisme de l'illusion.

Ce score réaffirme la légitimité et la complémentarité de nos deux réseaux pour accompagner le monde agricole, les agriculteurs ont une fois de plus fait confiance à des équipes responsables qui portent des projets.

Jeunes Agriculteurs tient à remercier l'ensemble de son réseau et plus largement tous les agriculteurs pour la mobilisation et l'engagement tout au long de cette campagne électorale. La présence sur le terrain a été indispensable pour rappeler à tous les agriculteurs les enjeux de ces élections et le rôle des chambres d'agriculture dans les territoires.

* : résultats provisoires en date du 06/02/13


​420 ballons ont pris leur envol dans le ciel toulousain

A l'initiative des Jeunes Agriculteurs de Midi-Pyrénées et de Haute-Garonne, 424 ballons ont été lâchés dans le ciel pour symboliser l'importance du nombre de jeunes agriculteurs et agricultrices qui en 2012 ont fait le choix de s'installer sur la région.
Des élèves du lycée agricole d'Auzeville ont été mobilisés pour l'occasion; au travers de leur présence, les JA ont voulu mettre en avant l'image de l'avenir de l'agriculture c'est à dire celui de ces jeunes qui vont faire le choix, demain, de devenir agriculteur. Car c'est bien ce sujet qui était au cœur de cette action : le renouvellement des générations en agriculture.
En Midi-Pyrénées, plus de 50% des exploitants ont aujourd'hui plus de 50 ans ; l'enjeu du renouvellement des générations est donc de taille et avec lui celui du maintien de l'emploi agricole, de la diversité de l'agriculture régionale source de valeur ajoutée et de la dynamique des territoires.
Marie-Blandine Doazan, jeune agricultrice en Haute-Garonne, nous a fait partager l'expérience de son installation et les raisons qui lui ont fait choisir ce métier avant que Cédric Vaute, Vice Président des Jeunes Agriculteurs de Midi-Pyrénées témoigne de 40 ans de politique d'accompagnement à l'installation portée par JA qui a permis à de nombreux jeunes agriculteurs de développer des projets viables, vivables et durables. JA continuera à faire évoluer cette politique pour être en phase avec les besoins des porteurs de projets.
Mathieu Cesses, Président des JA de Haute-Garonne, et Etienne Barada, Président des JA Midi-Pyrénées ont conclu cette action en rappelant les idées et les valeurs portés par JA.
Des projets pour tous : des agriculteurs nombreux, des territoires vivants, une alimentation qui a du sens!