Les actus !

Candidats aux Présidentielles et agriculture, qui propose quoi ?
12 avril 2017

A quelques jours du premier tour des élections présidentielles (qui aura lieu le dimanche 23 avril), petit zoom sur les volets agricoles des principaux candidats à la course présidentielle…
NB : ces éléments sont directement repris des programmes des candidats, sans modification ou adaptation de notre part des termes ou des expressions utilisés.  


​Des jeunes toujours aussi passionnés pour s'installer !
9 mars 2017

Plus de 20 conseillers pour répondre aux questions des jeunes porteurs de projet
Toute la matinée, les étudiants ont pu profiter de la présence d’une vingtaine de conseillers, issus de 13 organismes professionnels agricoles, pour discuter au cas par cas de leur projet professionnel. L’objectif ? Pouvoir se tourner vers l’organisme le plus adapté en fonction de ses besoins, de ses questions et de son parcours pour construire son projet sur le volet financier, technique ou encore juridique.  
Ainsi, grâce au « Mode d’emploi » et au Guide Installation 2017 (voir ci-dessous) distribués à chaque élève à son arrivée, chacun a pu naviguer librement entre les stands pour aller chercher des réponses…
Une question sur les démarches et l’accompagnement à l’installation ? La Chambre d’Agriculture, et bien sûr le Point Accueil Installation, point de départ incontournable de toute installation, quel que soit son profil, son projet ou son avancement, étaient présents.
Une question sur l’économie, le droit, la gestion, le financement, le foncier ou encore l’assurantiel ? L’Afocg, le CER France, le Crédit Agricole, la Safer et Groupama ont répondu à la curiosité des élèves toute la matinée.
Des interrogations sur les filières ? Euralis, Arterris, Val de Gascogne, le Veau sous la mère ou encore Elvea 31 n’ont pas désemplis de la matinée.

Enfin, pour la première fois cette année, nous avons également accueilli Initiative Haute-Garonne, une association qui a la possibilité de proposer des prêts d’honneur à taux zéro, d’une durée variable, pour soutenir les porteurs de projet en démarches de création ou de reprise d’entreprise. Intervenant dans de nombreux domaines, ils accompagnement également les porteurs de projet en agriculture, notamment depuis la validation de la mise en place d’une possibilité de parrainage lors d’un COTI (Comité d’Orientation Transmission Installation) en 2016.  

Consulter le Guide Installation 2017


Des ateliers à thème pour creuser sa réflexion
Après un déjeuner au restaurant scolaire du lycée agricole où nous avons de nouveau pu profiter de l’hospitalité du sud grâce aux produits issus des exploitations des lycées agricoles de Haute-Garonne et du Gers, élèves, enseignants et professionnels se sont répartis sur les 4 ateliers au choix proposés.

Le premier, axé sur les démarches et le parcours d’accompagnement à l’installation, était présenté par Nicolas Planes, Conseiller Installation à la Chambre d’Agriculture de Haute-Garonne. Après un temps pris pour détailler avec précision les différentes pistes de recherche de foncier (et notamment le Répertoire Départ Installation), les échanges ont été nombreux sur la gestion de son temps et de son parcours, les débouchés de commercialisation, l’importance de la formation initiale et de la formation tout au long de son parcours, ainsi que de la maitrise de son outil de travail.

De son côté, le Crédit Agricole présentait aux étudiants les avantages possibles dans les organismes bancaires lors d’une installation agricole : mise en place du Livret Projet Agri, portage du foncier, terminaux de paiements électroniques. Patricia Bouville, de l’agence de Toulouse, les a également incité à creuser avec précision les différents prêts existants. Enfin, cet atelier permettait de sensibiliser les jeunes élèves au vocabulaire parfois très précis et très technique du milieu bancaire, un atout considérable lorsqu’il s’agit d’aller à la rencontre de son conseiller pour discuter financement de son projet…

Jérôme Laveran-Fesquet, Conseiller d’Entreprise au CER France de Haute-Garonne, a profité de la présentation des données économiques des filières de l’année 2016 pour discuter avec les élèves de coût de production, de rentabilité et d’analyse économique. En répondant aux nombreuses questions, il les a ainsi amené à réfléchir aux leviers possibles pour optimiser leur système de production, depuis l’itinéraire cultural jusqu’à la commercialisation.

Enfin, la deuxième nouveauté de cette édition 2017 était un atelier consacré à la transmission, avec 3 agriculteurs en phase de réflexion sur la passation de leur exploitation, dans la continuité de la Journée Transmission de novembre à Carbonne. Sous la forme de petits ateliers d’échanges, porteurs de projet et futurs cédants ont pu confronter leurs projets et leur vision d’une transmission réussie. Des coordonnées ont été échangées, mais ces ateliers ont surtout permis à chacun de s’interroger sur la vision de l’autre, et sur les points clés de la transmission : conservation du patrimoine, aspects techniques et financiers mais également aspects humains. Une franche réussite qui fait germer des idées de projets, à la fois pour les étudiants présents mais aussi pour notre réseau ! 

N​ous vous donnons rendez-vous en 2018 à Auzeville !


​Assemblée Générale Départementale :
​Alimentons notre avenir par des filières structurées !
21 février 2016

Ce mardi 21 février 2017 s’est déroulée l’Assemblée Générale Départementale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne. Cette année, ce sont les JA du canton de Muret qui ont organisé l’Assemblée et l’esprit JA, solidaire et convivial malgré les difficultés, était encore une fois bien présent.

Une journée organisée en deux temps distincts
Le matin, en huis-clos, les adhérents JA ont validé le rapport financier de l’année 2016, présenté par Xavier Bordese, trésorier du département. S’en est suivie une présentation des principaux dossiers traités durant l’année 2016 : l’eau, le foncier, l’installation et la défense des adhérents.


L’après-midi, les adhérents JA ont été rejoints par les OPA et partenaires, ainsi que par les élus locaux et départementaux. Nous avons ainsi accueilli Stéphane Daguin, secrétaire général du Préfet, Patrice Rival, vice-président du Conseil Départemental, mais également Elisabeth Toutut-Picard, adjointe au maire de Toulouse, ou encore l’administration et plusieurs représentants de sénateurs et députés.

La présidente JA31, Marie-Blandine Doazan a alors ouvert l’Assemblée en remerciant toutes ces personnes d’être venues et en rappelant le contexte agricole actuel. 2016 a été une année éprouvante et douloureuse : des prix non rémunérateurs, une pression réglementaire toujours plus forte, source de découragement, en bref, un contexte économique de moins en moins évident. La présidente a également souligné le professionnalisme des adhérents JA sur le dossier cours d’eau : l’implication de chacun a permis de donner de la crédibilité à la profession agricole face à l’administration. Ce professionnalisme se retrouve aussi au niveau du foncier, puisque, comme cela a été rappelé le matin, tous les adhérents JA qui siègent en commission SAFER ont suivi une formation.
Le discours de Marie-Blandine a été suivi d'une présentation du canton de Muret par Gaël Rametti, le président du canton, qui, avec l'aide de ses adhérents, a brillamment géré l'organisation de la journée.

Retours sur les principaux dossiers ayant orienté les activités de l'année 2016
L’Assemblée s’est poursuivie par une présentation imagée du rapport d’activité, qui a servi de base à plusieurs échanges sur les principaux dossiers, déjà abordés le matin.

Concernant l’eau, Xavier Bordese, a rappelé le travail réalisé par le syndicat sur la cartographie des cours d’eau. Après avoir rappelé la définition d’un cours d’eau et l’état des lieux actuels, il a salué l’implication et le sérieux des adhérents vis-à-vis de ce travail. Il a également reprécisé l’enjeu primordial de l’exactitude de ces cartes si elles viennent un jour à être utilisées pour les zones de non traitement.
Pour le foncier, c’est Guillaume Darrouy, membre du bureau JA31, qui a pris la parole. Il a parlé de la révision des cartes des zones défavorisées simples, et de l’importance de cette révision pour la DJA et l’ICHN. Il a ensuite parlé du SDREA : après un an d’application de ce nouveau schéma, on a pu se rendre compte qu’il est très difficile à appliquer et qu’un manque de contrôle se fait sentir. De plus, il existe aujourd’hui un SDREA Languedoc-Roussillon et un SDREA Midi-Pyrénées. Un gros travail va donc bientôt être fait pour harmoniser les deux schémas et aboutir à la création d’un SDREA Occitanie. Suite à cela, de nombreux échanges sur le prix des terres et les problèmes liés aux CMD (conventions de mise à disposition).
Le troisième gros dossier de l’année 2016 était l’installation, présenté par Elodie Doumeng, secrétaire générale adjointe et responsable installation du bureau JA31. Elodie a rappelé rapidement les chiffres concernant le renouvellement des générations et les actions de promotion du métier d’agriculteur. Elle a également présenté les 2 réformes mises en place en 2016 : l’homogénéisation des montants de base de la DJA entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées et la réforme des prêts bonifiés, remplacés par une 4ème modulation de la DJA sur l’investissement.

Enfin, les secrétaires généraux, Nicolas Ates et Benjamin Fournes, ont présenté les réussites de l’année : l’obtention, pour une adhérente JA31, d’un permis de construire, après 7 ans de bataille, et l’événement du 1er octobre 2016 : La campagne, ça vous gagne ! Cet événement a énormément plu aux Toulousains et aux JA, et la volonté de le reconduire en 2017 s’est montrée très forte dans l’assemblée.


Des débats sur la structuration des filières pour clore l'Assemblée
Ensuite, l’après-midi s’est poursuivie avec des échanges sur la structuration des filières. Pour cela, Nicolas Artigues et Jean-François Doumeng, tous deux vice-présidents du bureau JA, ont présenté le rapport d’orientation 2016 de JA National : Alimentons notre avenir par des filières structurées. L’objectif de ce rapport d’orientation était de réfléchir sur les interprofessions et leur fonctionnement. Aujourd’hui, nos filières sont en flux poussé : elles sont structurées de la fourche à la fourchette. Pourtant ce modèle est dépassé et il faudrait inverser la tendance : pour être en flux tiré, il faut partir de ce que souhaite le consommateur – la fourchette – et remonter jusqu’au mode de production – la fourche.

Bleu-Blanc-Cœur est un bon exemple de filière en flux tiré, et c’est ce qu’a montré Jean-Luc Besset, responsable Sud-Ouest de Bleu-Blanc-Cœur, en présentant cette initiative.


On repart pour 2017 !
​Beaucoup d’échanges ont suivi cette intervention et la journée s’est finalement clôturée avec plusieurs discours. Celui de François Rihouet, Secrétaire Général Adjoint national, qui a félicité les JA31 pour leur bel état d’esprit et pour tout le travail de communication fait au quotidien. Celui de Mickaël Marcerou, vice-Président régional, qui a rappelé l’importance des filières et de la valeur ajoutée. Stéphane Daguin a ensuite fait part de ses encouragements à la profession agricole, et Véronique Foulquier, vice-présidente de la Chambre d’Agriculture a réaffirmé qu’installation et transmission sont deux sujets trop importants pour multiplier les interlocuteurs. Enfin, Marie-Blandine Doazan a remercié tous les participants ainsi que le bureau JA31, notamment les secrétaires généraux pour leur implication en 2016. Elle a terminé son discours en précisant que JA travaille au quotidien sur des projets vivables, viables et durables, en lien avec les attentes des consommateurs, et souhaite défendre une agriculture de ferme, et non de firme.

La journée s’est alors conclue sur ces mots d’encouragement :

« JA est une force vive car nous défendons des dossiers innovants, soyons fiers de nous ».



​Tribune de Jérémy Decerle, Président JA national
9 décembre 2016

Choix le modèle économique des fermes contre celui des firmes !
Alors qu'une crise profonde, qui impacte presque toutes les productions animales et végétales, touche durement les agriculteurs de notre pays et d'Europe, alors que tous les observateurs en mesurent le caractère grave et structurel, alors même que tous les acteurs économiques et politiques se disent mobilisés pour trouver des solutions, il semble qu'on oublie un peu ces temps-ci de discuter de modèle agricole.
​Certains commentaires vont parfois jusqu'à suggérer que l'agriculture française serait un secteur condamné, un de plus. Nous n'y croyons absolument pas. Mais encore faut-il se poser les bonnes questions: de quelle agriculture avons-nous besoin? Quelle agriculture voulons-nous?


4e édition de la Journée Transmission 
30 novembre 2016

Pour la 4e année consécutive, JA31 a participé, en partenariat avec la Chambre d'Agriculture de Haute-Garonne, à l'organisation de la Journée Transmission. Elle s’est tenue le mardi 29 novembre dernier, à Carbonne. Toujours en succès croissants, ce sont près d’une centaine de visiteurs qui sont venus mardi à la recherche d’informations, dont une dizaine de jeunes porteurs de projet.

Marie-Blandine Doazan, Présidente des Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne et du Comité d’Orientation Installation Transmission à la Chambre d’agriculture, en rappelant dès l’ouverture de la journée que "Les transmissions ne sont jamais simples ni faciles. C'est ensemble [partenaires, cédants et porteurs de projet] qu'on est assuré d'aller plus loin : c'est en travaillant ensemble qu'on peut construire des projets de transmission et d'installation réussis, pour assurer la dynamique rurale et agricole de demain!"

Après une matinée dédiée à des témoignages de transmissions et d’installations réussies, jeunes et cédants se sont répartis l’après-midi sur les ateliers à thème : patrimoine, fiscalité, gestion des terres… Aux côtés des notaires, de la Chambre d’Agriculture et du CER, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne ont animé un atelier d'échanges entre jeunes et cédants. Tout au long de l’après-midi, cet atelier d’échanges était un espace privilégié pour se rencontrer et discuter installation, transmission et projet de vie. Pour les jeunes porteurs de projet, c’était l’occasion également de rappeler les démarches à réaliser, les aides, l’accompagnement ou encore les modalités d’exploitation d’un foncier (fermage, achat, viager…). Pour les cédants, c’était une opportunité de présenter leurs exploitations, leurs visions de la transmission et leurs attentes vis-à-vis de potentiels repreneurs.
Les jeunes responsables JA31, tout en animant ces échanges, ont également pu faire profiter jeunes et cédants de leurs expériences, étant eux-mêmes passés par un parcours d’installation, parfois même de transmission, dans les dernières années.
 
Ces discussions se sont clôturées par des échanges de coordonnées entre plusieurs porteurs de projet et plusieurs agriculteurs… Nous espérons que cette journée aura pu amorcer des projets de transmission qui verront le jour dans les prochains mois !


​Mois de l'Installation : découvrez les portraits de jeunes passionés !
12 novembre 2016

Le mois de novembre en Occitanie est le « Mois de l’Installation ».
L’occasion pour les Jeunes Agriculteurs de communiquer positivement, une fois de plus, sur leur métier, et d’envoyer une note d’espoir et de confiance aux jeunes porteurs de projet. Dans ce cadre, Arnaud, jeune éleveur de 26 ans, installé depuis moins d’un an dans le Sud du département en production de veaux sous la mère, nous fait part de son parcours.


​On débarque à Toulouse !
01 octobre 2016

Le samedi 1er octobre, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne viennent à votre rencontre,
pour une journée haute en couleurs et riche en animations, en plein coeur de Toulouse !

Une volonté de communiquer autrement
Tout a commencé en février 2016, quand les Jeunes Agriculteurs de Verfeil, lassés de protester « dans le vent », se sont lancés dans la vidéo pour exprimer le malaise général rencontré par la profession agricole en utilisant l’humour et la parodie : le « Bref » qu’ils réalisent, relayés par les médias et les réseaux sociaux, atteindra pas moins d’un million de vues en 4 semaines à peine.
Devant l’engouement de cette vidéo et au vu de la curiosité croissante du grand public, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne prennent en mars le relai de cette vidéo avec l’organisation de l’agri-parade. En mettant de côté le fumier et le blocage de la rocade, nous avons décidé de venir directement à la rencontre du grand public et des consommateurs : toute la journée, des échanges nourris et passionnés ont permis d’évoquer dans un contexte festif la réalité du monde agricole et le quotidien des agriculteurs. Les toulousains, toujours plus nombreux et toujours plus curieux, ont alors inspiré un nouvel événement : c’est la naissance de « La campagne, ça vous gagne… »

Un mot d’ordre : partager son métier, sa passion
Les nombreux mois de préparation ont  permis d’aboutir à une journée placée sous le signe du partage et de la communication. Tout était pensé pour que le public passe un moment convivial, ludique, et puisse échanger au maximum avec les jeunes agriculteurs présents : mini-ferme, balades en poneys, marché de producteurs, courses de tracteurs à pédales…
Les produits locaux ont bien entendu été mis à l’honneur tout au long de la journée : le pain des burgers, le steak haché, les oignons, le fromage, les pommes de terre et même l’huile des friteuses étaient issus des producteurs JA de Haute-Garonne ! Et les visiteurs pouvaient finir leur festin en beauté grâce aux glaces fermières et aux crêpes, toutes élaborées à partir du lait de la ferme d’un jeune du département…
Un accueil des plus chaleureux, des échanges enrichissants, des jeunes passionnés et un rayon de soleil… Toutes les conditions étaient réunies pour que tous, public et Jeunes Agriculteurs, profitent d’une journée formidable !

Le mot de la fin revient aux toulousains !
Une vache réalisée en contreplaqué, grandeur nature, a servi de support au public qui a ainsi pu nous laisser quantité de petits mots et de dessins… Des messages de reconnaissance, émouvants et enthousiastes qui mettent du baume au cœur et nous font repartir de plus belle, le sourire aux lèvres !


​Jeunes Agriculteurs se penche sur l'agriculture urbaine
26 mai 2016

Le 26 mai 2016, Jeunes Agriculteurs a réuni ses responsables installation départementaux, régionaux et nationaux pour échanger sur l'agriculture urbaine. Intrigué par l'élan des collectivités territoriales à lancer des appels à projet sur le sujet et de plus en plus interpellé par des porteurs de projet désireux de se lancer, le réseau a souhaité s'intéresser au sujet afin de pouvoir mieux renseigner les futurs candidats à l'installation. 

Une diversité de projet difficile à recenser

Terme « à la mode », l’agriculture urbaine recouvre une série de réalités différentes selon Cécile Daniel, chercheure à AgroParisTech. Des entreprises sociales et solidaires utilisant l’agriculture comme un moyen d’insertion, à l’entrepreneur désireux d’en faire son métier, en passant par les jardins collectifs gérés par des associations, il est bien difficile de se retrouver dans toutes les activités que recouvre la dénomination « agriculture urbaine ». Une diversité qui montre tout le regain d’intérêt des citoyens pour l’alimentation, mais qui peut aussi inquiéter par son manque d’encadrement.

La place des agriculteurs professionnels, actifs exploitants
Face à cette diversité, Jeunes Agriculteurs s’intéresse plus particulièrement aux entrepreneurs désirant être agriculteur pour en vivre. Or, force est de constater certains manques, qui ne permettent pas de renseigner efficacement les porteurs de projet lors de leur passage au Point Accueil Installation. En effet, aujourd’hui, que répondre à un porteur de projet qui demande s’il pourra avoir les aides à l’installation pour s’installer en agriculture urbaine ? S’il répond bien aux critères de surface minimum ? S’il s’installe sur les toits d’un immeuble à Paris par exemple, dépend-il du code rural ou du code urbain ? Autant de réflexions menées par la Driaaf Ile-de-France pour accompagner les candidats et les collectivités dans leurs projets.

Des carences que JA souhaite combler demain
Carence essentielle recensée pour Jeunes Agriculteurs : le manque de référentiels technico-économiques pour remplir son plan d’entreprise. Jeunes Agriculteurs souhaite donc organiser des groupes de travail avec les centres de gestion, chambres d’agriculture et experts comptables pour travailler sur ce sujet. De plus, le syndicat tient à sensibiliser les politiques, et notamment les collectivités territoriales lançant des projets, aux enjeux de la formation des futurs entrepreneurs et à la nécessité de combler les vides juridiques existants.

Il semble donc nécessaire de poursuivre les travaux  sur ce sujet pour faciliter l’accès au métier d’agriculteur.
L’agriculture urbaine représente  en tous les cas une opportunité pour communiquer positivement sur le métier, notamment auprès des utilisateurs de jardins collectifs ou auprès d’associations d’insertion.


​L'agri-parade fait un carton à Toulouse !
12 mars 2016

Le samedi 12 mars, les Jeunes Agriculteurs ont mis de côté le blocage de la rocade ou le fumier à la Cité Administrative au profit d’une agri-parade.
Le principe ? Un défilé de char dans Toulouse, présentant les évolutions de l’agriculture des années 80 à nos jours. Dans la continuité du « Bref » réalisé par les Jeunes Agriculteurs de Verfeil quelques semaines avant, JA31 a décidé de venir à la rencontre du grand public avec un événement festif, pour échanger avec eux dans une ambiance bon enfant de la crise agricole de ces derniers mois.  Parce que l’avenir de notre agriculture passe aussi par l’implication des consommateurs, ce moment d’échange était l’occasion parfaite pour sensibiliser nos concitoyens de l’importance de leur choix et de leur rôle à jouer dans les politiques pour aider à surpasser cette crise. 
Des toulousains avec des dizaines de questions sur le métier
Les toulousains sont venus nombreux échanger avec nous sur nos productions, nos débouchés, nos difficultés ou encore notre quotidien d'agriculteurs... L’initiative a séduit les passants, curieux de découvrir ce monde qui est loin de leur être familier. Les multiples questions ont montré qu'ils sont à la recherche de ces échanges avec les producteurs pour en savoir davantage. La Prim'Holstein Inna a eu beaucoup de succès auprès des enfants, mais aussi auprès des plus grands ! Elle a permis d'expliquer au public l'importance de la traçabilité des origines des viandes et du lait, et de leur faire prendre conscience de la réalité de l'état de la filière élevage en Haute-Garonne.

Le mot-clé de la journée ? La convivialité !
Tout le défilé a eu lieu en musique, l’occasion de montrer aux toulousains que notre réseau se caractérise par sa jeunesse et sa convivialité… L’agri-parade s’est terminée par une soirée dans la bonne humeur et la convivialité sur les allées Jean Jaurès !


​Communiquer autrement pour faire partager au public la crise que rencontrent les agriculteurs
03 mars 2016

A la fin du mois de février 2016, les Jeunes Agriculteurs de Verfeil (31 - Haute-Garonne), lassés de protester "dans le vent" et de se mobiliser en manifestant, décident de communiquer autrement sur le malaise que rencontre la profession agricole en utilisant l'humour et la parodie. 

Un "bref" qui suit le quotidien de Benjamin, 32 ans, éleveur céréalier à Verfeil
Se réveiller à 5h30, travailler 10 heures par jour pour 300€ par mois… Être agriculteur, c’est décidément loin de "L’Amour est dans le pré". Benjamin nous livre au travers de sa vidéo le témoignage d'un éleveur passionné qui aime son métier : 

"Tous les jours, je me lève aux alentours de 5h30 du matin. En faisant la moyenne sur l’année, j’ai calculé que je travaillais environ 10 heures par jour. Les week-ends aussi puisque les animaux ont besoin d’être nourris. Je ne prends que quatre jours de congé par an. J’ai une femme et deux enfants et je ne gagne que 300 euros par mois. Si nous arrivons à joindre les deux bouts, c’est essentiellement grâce au salaire de ma femme auxiliaire puéricultrice. En tant que chef d’entreprise, je dois gérer nos investissements et surtout les faire perdurer. Mon matériel est vieillissant et je sais qu’à la moindre panne de tracteur, je risque de mettre la clé sous la porte, car jamais les banques ne me suivront pour me permettre de le remplacer. Et cette situation, je ne suis pas le seul à la subir. 
Même s’il est difficile de voir le patrimoine familial dépérir sous mes yeux, j’aime mon métier. Pour le moment, je refuse de jeter l’éponge. L’idée même de devoir me lever le matin pour travailler dans un domaine autre que l'agriculture est une chose que je n'apprécierai pas.
Si j’ai fait cette vidéo, c’est pour parler de cette situation, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit vue par plus de 850.000 personnes. Peut-être est-ce son côté humoristique ? Peut-être que les citoyens français ont conscience de notre malaise ?"


Avec plus de 860 000 vues, la vidéo des Jeunes Agriculteurs de Verfeil fait un véritable buzz sur les réseaux sociaux et sur internet, relayée par de nombreux médias, écrits et télévisés). 

J’aimerais vraiment que les politiques réalisent que le métier d’agriculteur ce n’est ni "L’Amour est dans le pré", ni le "Salon de l’agriculture".
Pour qu’ils comprennent vraiment ce que nous vivons, il faut venir nous voir.

Rendez-vous le 12 mars à l'agri-parade
Toujours pour continuer à sensibiliser le grand public et les consommateurs sur les difficultés, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne prennent le relai de cette vidéo et organisent le samedi 12 mars prochain à Toulouse une agri-parade : au travers d'un défilé de chars présentant l'évolution de l'agriculture et du métier d'agriculteurs des années 80 à nos jours, les adhérents JA viennent à la rencontre du public pour leur faire (re)découvrir leur métier, leur expliquer les raisons de la crise traversée et les conséquences sur leur quotidien et sur celui des français consommateurs. 

Archives